?

Log in

No account? Create an account

Entrée précédente | Entrée suivante

Les Amants passagers

Bonjour tout le monde, pour mon premier post, j’ai choisi de vous parler des Amants passagers, le dernier film d’Almodovar.

20467504.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

A bord d’un avion quittant l’Espagne pour le Mexique, le personnel et les passagers de la classe affaire apprennent que, victime d’une défaillance technique, l’avion ne pourra pas atterrir dans des conditions normales et est condamné à tourner en rond jusqu’à ce qu’une piste d’atterrissage en catastrophe lui soit préparé. Persuadé de vivre ses dernières heures, chacun expérimente l’angoisse de la mort imminente, et la libération de la parole et des mœurs qui l’accompagne (en tout cas dans les films d'Almodovar).

Beaucoup de critiques ont analysé le film comme une métaphore de l’Espagne en pleine crise économique et sociale, qui tourne en rond et se prépare à un crash final. On peut aussi y voir une parodie des films catastrophes hollywoodiens.

Moi, ce qui m’a d’abord frappé, c’est la liberté de ton du film, qui accompagne celle des comportements délirants des voyageurs qui pensent n’avoir plus rien à perdre.

Ce côté rabelaisien, qui me déplait franchement dans les comédies américaines type American pie, je le trouve superbement mis en scène chez Almodovar. Almodovar représente le sexe de façon joyeuse, euphorisante même, y compris dans des situations qui devraient être glauques mais deviennent hilarantes.

20483379.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La scène de comédie musicale « what the fuck » (chorégraphiée quand même par la célèbre chorégraphe contemporaine Blanca Li) est un vrai bonheur. Parce que Les Amants passagers est avant tout un film très drôle, j’ai gloussé à peu près d’un bout à l’autre.

Enfin, on retrouve avec délice nombre des acteurs fétiches du réalisateur, qui est décidément un génial directeur d’acteur.

Certains critiques ont taxé le film d’homophobie, je ne partage pas cet avis. Je vois plutôt dans les personnages des stewards un hommage affectueux à certains gays flamboyants qui existent bien dans la vie réelle. Les personnages ne sont d'ailleurs pas réalistes, ils ne sont pas non plus des caricatures : ils sont almodovariens, donc (hétéros comme homos) excessifs et passionnés, ridicules et attachants.

Comments

( 14 comments — Laisser un commentaire )
taraxacumoff
Apr. 9th, 2013 01:00 pm (UTC)
Je continue de penser que la scène où la voyante perd sa virginité est archi glauque. Mais le reste est tout à fait euphorisant, je suis bien d'accord!
veectoria_f
Apr. 9th, 2013 04:22 pm (UTC)
Ben je vois ce que tu veux dire, mais en même temps, la scène n'est pas montrée de façon érotique, elle est assez ridicule et surréaliste pour que le côté malsain s'efface complètement pour moi. J'ai passé toute la scène à ricaner !
taraxacumoff
Apr. 9th, 2013 04:29 pm (UTC)
Tu as passé tout le film à ricaner ^^
Ses autres films sont très différents, non? C'est pas parce que j'ai aimé celui là qu'ils me plairaient?
kumfu
Apr. 9th, 2013 04:40 pm (UTC)
Je ne sais pas si c'est possible de ne pas aimer Alodovar ^^.

Non, j'exagère, il n'y a jamais de 100%, mais c'est un réalisateur vraiment génial. Et, si tu as aimé l'un de ses films, je pense qu'il y a de fortes chances que tu aimes les autres :) .
taraxacumoff
Apr. 28th, 2013 05:28 pm (UTC)
Merci pour le conseil! J'en ai réservé à la bibliothèque, comme ça je me ferai un avis!
veectoria_f
Apr. 9th, 2013 08:16 pm (UTC)
Ricaner pendant tout un film, comme si c'était mon genre !
ys_melmoth
Apr. 11th, 2013 08:15 am (UTC)
Disons que la majeure partie de sa filmographie n'est pas exactement faite pour quelqu'un qui me demande régulièrement "un film qui ne fait pas pleurer" ;-)
Après, il a fait des choses vraiment géniales, dans des registres assez différents (un peu plus sérieux ces dernières années, plus franchement loufoques autrefois, mais avec toujours un côté décalé et une franche tendance pour le drame). Ce serait dommage de t'en priver.
taraxacumoff
Apr. 19th, 2013 09:04 am (UTC)
Je suis une petite chose fragile ? Nan, c'est vrai, si, si.

En tout cas ça m'a rendu curieuse, j'en essayerai certainement.
arca_en_ciel
Apr. 24th, 2013 02:18 pm (UTC)
Je n'ai jamais vu d'Almodovar qui m'ait fait fondre en larmes personnellement, il a trop d'humour. Tous ses films sont du grand mélodrame, mais c'est jamais ces histoires cruelles qui vous plantent une écharde dans le cœur, comme La Fin d'une liaison.
taraxacumoff
Apr. 25th, 2013 09:04 am (UTC)
La Fin d'une liaison, je ne m'en suis jamais remis. J'ai des soubresauts dans les glandes lacrymales rien qu'à entendre le titre!!

Je vais tenter le coup, je vous raconterai ce que j'en pense!
kumfu
Apr. 9th, 2013 04:36 pm (UTC)
Oh, voilà qui fait très très envie ! Déjà, à la base, j'adore Almodovar, mais ça a l'air vraiment sympa.

Merci pour la rec' :) .
veectoria_f
Apr. 9th, 2013 08:14 pm (UTC)
Mais de rien ! ^^
Ça fait des mois que je voulais m'inscrire sur cette comm' et y participer, Taraxacum m'avait dit que c'était exactement le genre de communauté qui me plairait.
Effectivement, les posts précédents sont bien sympas (et bien frustrants, quand je viens des mois après et qu'ils ne sont plus sur les écrans. Y a plus qu'à chercher les DVD !)
jainas
Apr. 12th, 2013 07:42 pm (UTC)
C'est un film que je suis allé voir totalement à froid, sans savoir de quoi il parlait... Et je dois avouer que j'au passé une bonne partie du début à me demander si c'était du lard ou du cochon, notamment à cause de la caractérisation du trio de stewarts très grandes folles et entassant allègrement à eux trois la majorité des clichés dans la catégorie plus pédé qu'un ban de phoques...
Mais j'a été finalement conquise et j'ai beaucoup rigolé.
Et pour rebondir sur ce que dit Taraxacumoff, c'est effectivement sans conteste la scène la plus glauque du film pour moi... Et ça fait beaucoup écho à "Parle avec-elle", dans lequel une jeune homme un peu simplet tombe amoureux d'une jeune femme dans le coma, et lui fait un enfant... Comme dans les Amants Passagers, ce qui est objectivement un viol est détourné (même si pas du tout de la même manière) et a une issue qui n'est pas négative (dans les Amants, la voyante fait connaissance "pour de vrai" avec le jeune homme après, dans Parles avec-elle, c'est la naissance du bébé qui sort la jeune femme du coma...) A se demander si Almodovar n'aurait pas une obsession pour la somnophilie...

veectoria_f
Apr. 16th, 2013 08:49 pm (UTC)
En fait, chez Almodovar, le sexe est souvent glauque dans les faits (pédophilie dans "La Mauvaise éducation", inceste et abus dans "Volver", séquestration et consentement limite dans "Attache-moi"...)
Alors en comparaison, dans "Les Amants passagers", je trouve que ça reste gentillet ! ^^
( 14 comments — Laisser un commentaire )